plan visite
accueil

le circuit des Fontaines  (maj : 28/05/2015)

    Le point de départ du parcours des Fontaines se situe sur la place de la Rouguière (P) où vous trouverez très aisément (excepté les jours de foire) une place de parking gratuite (rare de nos jours) 

    ."dans les temps anciens, les fontaines et les ruisseaux étaient les seuls endroits où les habitants pouvaient s'approvisionner en eau et abreuver les bêtes de somme"

     Fontaines :

 1-Raynoard (maj : 11/01/2011)
 2-du Pont d'Or  (maj 20/05/2008)
 3-de la Rouguière
 4-du Boeuf
 5-de la Burlière  (maj 16/05/2010)
 6-des Hospices  (maj : 14/01/2011)
 I-Office du Tourisme
 7-des Audiffren  (maj 17/05/2010)
 8-Saint Jean  (maj 28/05/2015)
 9_des Martyrs
 10-du Monuments aux Morts (maj 20/05/2008)
 11-du Champignon  (19/05/2008)
 12-Capitaine Vincens
 13-de l'Espoir
 14-des Limaces  (maj 17/05/2010)
 15-de la Cour  (maj 17/05/2010)
 16-des Augustins
 17-des Religieuses
 18-des Pompiers
 19-des 4 Saisons  (maj 17/05/2010)
 20-Place de l'Eglise  (29/05/2008)
 28-du Piquet  (maj 17/05/2010)
 21-Chutes du Réal (17/05/2010)
 22-Roue du Réal (maj 17/05/2010)
 23-de la Porte Rouge(17/05/2010)
 24-du Réal (maj 17/05/2010)
 25-Saint-Marc (maj : 30/03/2011)
 26-Pré de Foire
 27-de l'Abattoir

 

 

cliquez sur le nom des Fontaines ou le n°


   
Barjols
a eu la bonne fortune d'être, depuis fort longtemps, alimenté en eau potable. En effet, dans un document daté du 24 mars 1906, il est écrit : que Barjols, depuis plusieurs siècles, était doté d'une canalisation en poterie.
    C'est pourquoi tous les quartiers avaient une ou plusieurs fontaines et/ou lavoirs, mais il est difficile de préciser les dates. La plus ancienne qu'il ait été relevée, est celle de 1784, gravée sur la fontaine du "Pont d'Or" (no.2)
    En 1894, dans ce même document, il est écrit que la distribution en poterie dans le village a été remplacée par une tuyauterie en fonte. La même année la conduite d'amenée de 1800m de long, logée dans un souterrain, a été refaite avec des tuyaux en grès.
   Depuis cette époque, tous les Barjolais pouvaient donc bénéficier de l'eau courante. Il y avait en 1906 environ 32 fontaines publiques dont une dizaine à plusieurs jets. Il y avait aussi environ 125 concessions aux particuliers et aux usines dont une très importante pour la gare. Les diverses municipalités ont par la suite veillé à l'entretien et à la remise en état d'un grand nombre de ces fontaines et de ces lavoirs : c'est la raison pour laquelle on en dénombre de nos jours 28 fontaines et 15  lavoirs.

haut de page

 
1 - Fontaine Raynoard
(maj 11/01/2011)

    Sur la place de la Rouguière où se dresse l'imposante et magnifique "Fontaine Raynoard" (no.1).
    Nous devons cette fontaine à Mr Raynoard Amable Toussaint (orthographié Raynouard jusqu'à la récente restauration de la fontaine en 2005), né à Barjols le 6 septembre 1831 et mort à Toulon le 26 février 1903. Ancien directeur des Ecoles Municipales et ancien professeur de lycée, il légua à la commune de Barjols la somme de 10 000 F pour la construction d'une fontaine monumentale sur la place de la Rouguière à condition qu'elle porte son nom.
   C'est en 1906 que Jules Récubert (1874-1949), célèbre sculpteur barjolais, présenta un projet  que le  Conseil Municipal adopta le 20 mars 1906.L'oeuvre fut achevé en 1906 ou 1907. Elle se composait d'une statue représentant un faune se prélassant dans une conque où l'eau ruisselait abondamment au milieu d'un feuillage finement sculpté. Cet ensemble supporté par une colonne entourée d'un grand bassin circulaire alimenté par des jets d'eau et ceinturé par des rosiers bordant un parterre fleuri. L'artiste, nous le supposons, a voulu fêter dans son oeuvre l'abondance de l'eau à Barjols.
    Hélas, peu à peu les dépôts calcaires ont recouvert le faune. Le gel et le dégel ont effrité la pierre trop tendre. On dût tailler le bloc devenu informe pour lui donner une apparence plus attrayante.
    La main de l'homme a donc taillé le dépôt formé par le calcaire contenu dans l'eau et lui a donné cette forme. D'ailleurs de temps en temps la taille est obligatoire afin qu'il ne devienne trop volumineux et ainsi lui assure un équilibre (la comparaison "hier-aujourd'hui").
    Il semblerait que la première fontaine qu'il y eut à cet endroit fut construite à la suite d'une décision du Conseil Municipal du 30 juin 1833. et reconstruite par décision du même organisme du 30 juin 1844.

haut de page

(cliquez sur les photos)
la place de la Rouguière


(photo prise en haut de la place)
Fontaine Raynoard (no1)

début 1900

2006

20/12/2009


2 - Fontaine du Pont d'Or (maj 20/05/2008)

    En bas de la place de la Rouguière, dans le coin gauche, la discrète "Fontaine du Pont d'Or" (no.2). En 1784, il existait déjà une fontaine. Elle a dû être réparée selon le rapport descriptif des réparations à faire à la petite fontaine, au bas de la grande place en date du 8 mars 1790. Il y eut une pétition,  à la suite de laquelle les habitants du quartier du Pont d'Or construisirent, à leurs frais, une nouvelle fontaine en se servant des pierres de l'ancienne.
   C'est pour cette raison que la date de 1784 a été gravée sur la pierre. Elle fut construite en face de l'ancienne gendarmerie qui va être remplacée par une ravissante et accueillante auberge appelée "l'hôtel du Pont d'Or" :  (cliquez sur les photos)

hier

aujourd'hui

 

hier

hier

    Cela se passait en 1841. Lors de la délibération du Conseil Municipal du 18 mai 1841, il a été demandé qu'il soit construit en dessous de la dite fontaine et sur la départementale n° 6 de Barjols à Saint Maximin, un bassin alimenté par un tuyau d'eau destiné à l'abreuvage des chevaux et autres bêtes de somme et à côté un lavoir public.
    Le 2 janvier 1864, le Préfet ayant donné l'autorisation d'exhausser le bassin de cette fontaine, en raison de la rectification de la route, il se trouvait en contre-bas, le Conseil Municipal vota les travaux le 7 août 1864.
   Cette fontaine se présente donc actuellement au bas de la place de la Rouguière avec deux jets sortant de deux têtes écornées.
   Le bassin et le lavoir de l'autre côté de la fontaine, c'est-à-dire sur la route, n'existent plus. Seul reste un petit bassin dans lequel coule un filet d'eau et un magnifique dessin de Barjols sur une céramique . Ce dessin a été offert par la Manufacture du Fauvery de Barjols au syndicat d'Initiative le 8 août 1989. 


(maj 16/05/2010)

haut de page  


Fontaine du Pont d'Or (no2)


Barjols sur céramique

(maj 20/05/2008)
(maj 20/05/2008)

 

 
 
3 - Fontaine de la Rouguière :

     Vers le milieux de la place, sur le côté gauche en regardant le monument "Bidouré", se trouve la "Fontaine de la Rouguière" (no.3) , autrefois dénommée la fontaine de l'Ecole car l'ancienne école primaire de garçons se situait en face. C'est une vieille fontaine en pierre de Cassis très lisse, qui a été rétablie et restaurée en mai 1978. Elle est notamment très appréciée par les boulomanes qui, l'été, viennent s'y désaltérer.


(maj 16/05/2010)

Fontaine de la Rouguière(no3


4 - Fontaine du Boeuf :

    En haut de la place de la Rouguière, après avoir admiré le monument "Bidouré" et passé le jardin d'enfants, en arrivant sur la place Martin-Ferdinand, vous découvrez la "Fontaine du Boeuf" no.4 et ses deux lavoirs. On l'appelle ainsi en raison de la Grande Fête de Saint Marcel, car on y fait boire le boeuf pour la dernière fois avant de l'amener à l'abattoir.
    Cette dernière avait été construite à cet endroit en raison de la proximité d'une grande auberge, car il était nécessaire d'abreuver les diverses montures et, les jours de foire, les nombreux animaux amenés pour y être vendus. De cette auberge il reste deux grandes remises que l'on peut observer (à droite sur la photo).
    C'est l'une des plus belles fontaines de Barjols : au centre un pilier en forme de quille est surmonté d'une conque d'où partent deux petits filets d'eau qui s'écoulent dans un bassin hexagonal. Au dessus une seconde conque , plus petite, est dominée par un jet d'eau.
    Cette fontaine existait avant 1842 et le 5 mai 1843 le Conseil Municipal adopta le projet de construire deux lavoirs.

haut de page

Fontaine du Boeuf (no.4)

Place Martin-Ferdinand

 
 5 - Fontaine de la Burlière :

     Prenez sur la droite le boulevard Grisolle (cliquez sur les photos)

hier

aujourd'hui

et descendez jusqu'au niveau de l'Office de Tourisme et de la Maison Régionale de l'Eau.
    Vous apercevez la Fontaine de la Burlière no.5 . Nous pouvons préciser que cette fontaine s'appelle ainsi car ce quartier était dénommé "quartier de la Burlière" et le nom de Burlière vient sans doute du fait qu'il devait y avoir une blanchisserie (on blanchissait le linge dans l'ancien temps) et une blanchisserie s'appelait une "burlière".

hier

aujourd'hui

    Depuis 1801 il y avait déjà une une fontaine. En effet , en 1801 (An IX) il est décidé que l'Autel de la Patrie sera placé dessous de la muraille de la grande cour de l'Hospice civil (présentement le bâtiment de la Maison Régionale de l'Eau et de la Médiathèque) et servira en même temps de fontaine. L'inauguration eut lieu le 25 Messidor An IX. Le 13 avril 1843 le Sous-Préfet de Brignoles donna son accord pour construire, au quartier de la Burlière, deux fontaines en remplacement de celle qui existait et de deux lavoirs. Mais à la suite d'une pétition du 1er juillet 1843 le projet n'a pas abouti.

hier

aujourd'hui

   A la place, une autre fontaine fut construite selon le devis du 15 juin 1844. Cette fontaine correspond à celle actuelle avec ses quatre têtes en marbre qui représentent les quatre saisons; elles sont similaires, mais plus petites que celles de la fontaine des Quatre Saisons sur la place Ledru-Rollin.

hier

aujourd'hui

     Dans le prolongement, à quelques mètres, s'abrite sous une voûte qui sert de support aux escaliers montant de chaque côté vers la cour de la Maison Régionale de l'Eau, un lavoir.
Celui-ci a été mis en place en 1861 à la suite d'une décision du Conseil Municipal du 6 novembre 1859; sa construction nécessita le déplacement de la fontaine de la Burlière qui se trouvait à toucher les escaliers.

haut de page

(cliquez sur les photos)
Fontaine de la Burlière
(no.5)


Lavoir de la Burlière


Office du Tourisme


(maj 14/05/2010)

(maj 14/05/2010)

6 - Fontaines de l'Hospice  (maj : 14/01/2011)

     En gravissant l'escalier, vous  arrivez dans une cour et là, à gauche contre le bâtiment (la "Salle d'Asile" construit en 1850/1851 et servi jusqu'en 1975 d'Ecole Maternelle puis jusqu'en xxxx de Foyer aux Sapeurs Pompiers et enfin, actuellement, abritent une salle d'exposition dénommée Centre Elias), se trouvent les deux Fontaines de l'Hospice (no.6). L'eau sort de chacune par la bouche d'une tête en bronze. Ces fontaines ont été rénovées et mises en service en février 1982.
  Face à la cour, un bâtiment qui était, jadis, l' Hospice puis en 1971, devint "Patrimoine Communal" . Depuis la Municipalité l'a restauré et abrite actuellement la Maison Régionale de l'Eau et la Médiathèque au rez-de-chaussée.

    Sur la droite du bâtiment, placé sous une voûte, vous découvrez l'ancien "Lavoir Public de l'Hospice", avec la particularité de posséder une bouilloire. Fermé par une grille, cet ensemble était, autrefois, loué  la journée.

    En sortant de la cour et en prenant sur la gauche, après le cinéma (autrefois la chapelle de l'Hospice), vous pouvez suivre un petit passage et au fond, à droite , vous apercevez le lavoir des Pestiférés. Placé autrefois derrière l'Hospice dans une cour ouverte, il servait pour laver et sécher le linge des pestiférés ou celui d'autres personnes ayant des maladies contagieuses .

haut de page

Fontaines de l'Hospice (no.6)

le lavoir public de l'Hospice

le lavoir des Pestiférés

 


7 - Fontaine et le Lavoir des Audiffren

     En montant la rue du Barri, vous rencontrerez au coin de la rue des Audiffren, à droite la "Fontaine et le Lavoir des Audiffren" (no.7)
    Ancien juge de paix, Mr Audiffren décéda à Naples en 1808 et fit de nombreux dons à la commune et à l'Hospice.

 
(maj 17/05/2010)

Fontaine des Audiffren (no.7)


8 - Fontaine Saint Jean

      Si vous descendez la rue des Audiffren et si vous prenez à droite la rue Frédéric Mistral, vous trouverez à l'intersection de cette rue et la rue du Portail des Fainéants, une petite place occupée par une fontaine rustique accompagnée de son lavoir : c'est la Fontaine Saint Jean (no.8).

hier

aujourd'hui

     Elle se compose d'une colonne surmontée d'une boule en pierre et entourée d'un bassin circulaire. L'eau qui y coule par deux tuyaux alimente un lavoir suivi de son rinçoir et d'un petit bassin utilisé pour y laver des pièces à frotter.

hier

aujourd'hui

haut de page

Fontaine St Jean (no.8)



(maj:14/05/2010)

(maj:16/05/2010)

 


9 - Fontaine des Martyrs

    Derrière la fontaine du monument aux morts, vous découvrez la "Fontaine des Martyrs" (no.9) très simple, utilisée à de multiples usages par les habitants du quartier.

Fontaine des Martyrs (no.9)


10 - Fontaine du Monument aux Morts  1914-1918
(maj 20/05/2008)

     Remontez la rue Frédéric Mistral jusqu'à la rue des Audiffren, puis redescendez sur la droite, vous débouchez sur la place Victor Hugo et vous apercevez la "Fontaine du Monument aux Morts  1914-1918" (no.10). L'eau y coule dans une vasque dont la sur- verse remplit un bassin situé au dessous. (cliquez sur les photos)

hier

aujourd'hui

     Cette fontaine existait déjà lorsque Récubert, sculpteur barjolais, décida en 1922, de tailler de chaque côté l'un des plus beau monuments aux morts de France. Sur un bas-relief coupé en son milieu par la fontaine, on peut reconnaître en habits de poilus avec casque, musette, bidon et fusil, des Barjolais disparus dans l'effroyable cataclysme. L'artiste, qui les connaissait bien, les a faits ressemblants dans leurs attitudes favorites. C'est d'ailleurs cette particularité certainement unique, qui fait la valeur de ce monument devant lequel s'étend un parterre fleuri séparé du reste de la place, par une grille.

haut de page

Fontaine du Monument

 aux Morts (no.10)
Sculpture réalisée par Récubert



(maj:16/05/2010)


11 - La Fontaine du Champignon (maj : 19/05/2008)

      En descendant à l'ombre des magnifiques platanes vers la place Capitaine Vincens, communément appelée place de la Mairie (car elle s'y trouve), vous apercevez la fontaine la plus connue : "le Champignon" (no.11). Celle-ci nécessite de temps en temps, comme la fontaine Raynoard sur la place de la Rouguière, la taille du dépôt de calcaire.
     Cette fontaine dont ne connaît pas la forme originale mais probablement composée  de deux vasques, une petite au sommet et une plus grande au-dessous. Jadis elle était précédée d'un lavoir qui a été démoli il n'y a pas tellement longtemps puisqu'on le voit sur certaines photos.
     En 1894 Philibert Gardon, célèbre fabricant de cartes à jouer, sollicita l'autorisation de capter les eaux pour le lavage de ses foulons (cliquez sur les photos)


(maj : 19/05/2008)

haut de page

Fontaine du Champignon(11)


12 - Fontaine Capitaine Vincens

    Au bas de la place Capitaine Vincens, vous trouverez la "Fontaine Capitaine Vincens" (no.12) avec son magnifique lavoir recouvert d'un toit de vieilles tuiles. Ce capitaine fut un valeureux combattant barjolais mort pendant la Grande Guerre.

 

 

haut de page

Fontaine Capitaine Vincens12


13 - Fontaine de l'Espoir

     Traversez la place Eugène Payan et prenez la rue du Moulin pour descendre sur la place du Huit Mai. Sur la droite de cette place vous pouvez observer la maison à huile (en cours de restauration) avec son pressoir

    Au fond d'une petite cour vous apercevez la fontaine de l'Espoir (no.13) entourée d'un carrelage vert clair. Pourquoi cette dénomination ? Pour venir en aide sur la recherche de la mucoviscidose (Téléton 2000), une journée a été organisée à Barjols, au cours de laquelle une "vente" de carreaux vert clair a été effectuée. Le produit de cette vente a été remis à la Fondation de la recherche sur la mucoviscidose et les carreaux ont permis la restauration de cette vieille fontaine.

 le pressoir à huile
 

haut de page


Fontaine de l'Espoir (no.13)


14 - Fontaine des Limaces

   En haut, sur la droite, en remontant de la place du Huit Mai, vous apercevez la magnifique et la plus récente (1993) Fontaine des Limaces , appelée également la fontaine des Escargots (no.14) car il y avait jadis à cet endroit une petite fontaine recouverte d'une plaque de fonte sous laquelle se réfugieaient de nombreux escargots.

(maj:16/05/2010)

 (maj:17/05/2010)

Fontaine des Limaces (no.14)


 


15 - Fontaine de la Cour

      Prenez sur la droite la rue Auguste Guyon. A l'intersection avec la rue Clastre, vous remontez sur la gauche jusqu'à la place de la Cour où vous trouverez la "Fontaine de la Cour" (no.15), avec son lavoir. Cette fontaine doit son nom à sa localisation à proximité se trouvait le siège de la justice royale établi en 1322 par le Comte de Provence. Au moyen-âge, ce quartier derrière la collégiale était le centre du village. On y trouvait le tribunal, la prison, les magasins de la dîme, reliés à la maison de Chanoines dans la rue de Clastre. C'est un des lieux les plus visités avec la Fontaine du Champignon. Dans le pays il est dit qu'elle est "un piège à peintre" en raison de son "environnement" et notamment son majestueux platane. (cliquez sur les miniatures)

 

hier

aujourd'hui

    En effet, de nombreux artistes ont succombé à son charme. C'était le sujet favori de Jean Quinson, peintre à ses heures, qui se rendit célèbre à Paris grâce à sa bouillabaisse. A signaler son bassin octogonal fait de blocs de pierre assemblés à l'ancienne manière par des ferrures.

haut de page


Fontaine de la Cour
(no.15)


(maj:17/05/2010)

 

 


16 - Fontaine des Augustins

      Sur votre droite, vous descendez la rue des Augustins jusqu'à l'intersection avec la rue Auguste Guyon où vous rencontrez une petite et discrète place autrefois appelée place des Augustins. Sur cette place, aujourd'hui privée, se dresse la "Fontaine des Augustins" (no.16), construite en briques rouges et le 17 mars 1901, le Conseil Municipal, décida, pour cette fontaine, l'établissement d'une conque .
     Face à la fontaine, vous pouvez admirer la belle Porte de la résidence des Marquis de Pontevès. (voir le circuit des visites)

haut de page


Fontaine des Augustins
(no.16


17 - Fontaine des Religieuses

      Continuez à descendre la rue des Augustins et vous rencontrez, sur votre droite, la rue des Religieuses. Après avoir passé sous la porte des Externes,  vous arrivez sur l'ancienne route de Brignoles et environ cinquante mètres plus bas sur votre droite vous apercevez la "Fontaine des Religieuses", précédée d'un lavoir. La proximité du couvent des Ursulines lui donna son nom. Jadis elle s'appelait "fontaine d'Or" car son eau ne tarissait jamais puisqu'elle était la plus basse de Barjols.

la porte des externes

haut de page

Fontaine des Religieuses -17


18 - Fontaine des Pompiers

     Remontez ensuite la vieille route de Brignoles et à l'intersection avec la rue Pierre Curie, vous avez la nouvelle caserne des pompiers et à l'intérieur "la Fontaine des Pompiers"(no.18)

hier

aujourd'hui

photo en attente...   

haut de page

Fontaine des Pompiers -18


19 - Fontaine des 4 Saisons (maj 20/05/2008)

    Retournez vers le centre de Barjols en prenant la rue de la République et sur votre droite vous trouverez la place Ledru-Rollin. Sur celle-ci vous apercevez la "Fontaine des 4 Saisons" (no.19), ou la  fontaine des Larrons, avec son lavoir recouvert, jadis, d'un toit de vieilles tuiles.

hier

aujourd'hui

 Cette place a eu plusieurs noms : d'abord place de Saint Marcel, car c'est sur cette place que se trouve la maison de St Marcel. On l'a appelée aussi place de la Halle.

hier

aujourd'hui

 
   Enfin on l'appelle place des Quatre Saisons parce que les quatre têtes qui décorent la fontaine, avec chacune un bec verseur, sont ornées de façon à évoquer les différentes saisons : les fleurs pour le printemps, le blé pour l'été, les raisins pour l'automne et une tête emmitouflée pour l'hiver ; cette même présentation, mais en plus petit, se retrouve sur la fontaine de la Burlière située sur le boulevard Grisolle en face de la Maison Régionale de l'Eau

hier

aujourd'hui

 haut de page

Fontaine des 4 Saisons - 19


(maj:14/05/2010)

(maj:20/05/2008)

(maj:17/05/2010)


20 - Fontaine de la Place de l'Eglise (maj 29/05/2008)

   En continuant la rue de la République, vous trouverez sur votre gauche la place Emile Zola (ex place de l'Eglise) et la "Fontaine de la Place de l'Eglise" (no.20). Il s'agit d'une fontaine rustique avec une conque de chaque côté.
   Voici son histoire : en 1857, il est envisagé de niveler la place, d'enlever la fontaine qui s'y trouvait et d'en mettre une autre. Ces travaux furent achevés en 1863. Mais le 4 novembre 1866, le Conseil Municipal étudia une pétition sollicitant que cette fontaine (monumentale paraît-il), qui se trouvait au milieu de la place, soit enlevée. Il fut décidé d'en construire une autre, plus petite, à un autre endroit. C'est celle que vous voyez aujourd'hui et qui fut édifiée en 1867, date qui est gravée sur la pierre.

hier

aujourd'hui

Fontaine Place de l'Eglise -20

 28 - Fontaine du Piquet

     Face à la place Emile Zola, vous trouverez la rue du Réal. A l'intersection avec la rue du Château, sur votre gauche en montant, vous apercevez la fontaine du Piquet. Cette dénomination vient du nom de la première partie de la rue du Réal, appelée autrefois la rue "Le Piquet". Cette fontaine et le lavoir sont encastrés sous des voûtes en pierres placées sous un chemin.

 
(maj:17/05/2010)

haut de page

Fontaine du Piquet -28

21 - Chutes du Réal   (maj 20/05/2008)

    La rue du Réal vous conduit au plus vieux quartier de Barjols (XII siècle), c'est-à-dire au Réal; ce mot signifie en provençal "Ruisseau": dans le Petit Robert, Réal signifie "Royal". Pourquoi le plus ancien quartier de Barjols s'appelle-t-il le Réal ?...Est-ce le Réal, le ruisseau qui a toujours alimenté en eau cette partie du village ?...ou est-ce le "chemin royal" qui montait au château. Comme toutes les bourgades provençales de cette époque, les habitants recherchaient avant tout la sécurité et le besoin de se regrouper autour du château et de l'église. Les masures se construisaient, accrochées aux pentes du château seigneurial où les villageois pouvaient se réfugier en cas d'attaque.

hier

aujourd'hui

   Ce quartier a été entièrement restauré en 1988 et c'est probablement le plus bel endroit de Barjols et des environs. A l'intersection de la rue du Réal avec la rue du Château, vous pouvez admirer les magnifiques chutes d'eau "Chutes du Réal" (no.21).
 Ces deux cours d'eau, Le Fauvery et le Ruiseau des Ecrevisses qui descendent du versant méridionnal du côteau démontrent une fois de plus le passé industriel de ce village 

haut de page

Chutes du Réal -21



(maj 20/05/2008)
 

 22 - Roue à aubes du Réal

    En restant dans le quartier et en montant quelques marches sur la gauche, vous aboutirez à la "Roue à aubes du Réal" (no.22). Dans le dictionnaire historique de Provence du début du siècle dernier, on pouvait relever : "..le Biez dit ruisseau des Ecrevisses traverse le village et met en mouvement un grand nombre d'engins, notamment un moulin à papier qui daterait de 1620.
    Le pays a 19 moulins à tan, 24 tanneries, 3 belles papeteries, une blanchisserie, un moulin à foulon et une fabrique de cartes". Une roue ancienne a d'ailleurs été découverte, et serait, aux dires des anciens, une roue utilisée autrefois dans la technique artisanale des moulins à papier. Cette roue a été fort judicieusement reconstituée et fonctionne en bonne place sur le site du Réal.

Roue du Réal - 22


(maj 17/05/2010)

 23 - Fontaine de la Porte Rouge

   En continuant de monter la rue du Réal, vous trouverez plus haut, à l'intersection avec la rue de la Porte Rouge, la "Fontaine de la Porte Rouge" (no.23) et son lavoir. C'est une fontaine double comprenant un bec avec un robinet du côté gauche et un bec alimentant une fontaine.

hier

aujourd'hui

   En montant la rue du Réal et en regardant en arrière on voit la fontaine de la Porte Rouge

hier

aujourd'hui

haut de page

Fontaine de Porte Rouge-23


(maj 17/05/2010)
 

 

 

 24 - Fontaine du Réal

    Toujours en montant la rue du Réal, au croisement avec la rue du Four Neuf, vous apercevez la rustique "Fontaine du Réal" et son lavoir

hier

aujourd'hui

Fontaine du Réal -24


(maj 17/05/2010)
 

 25 - Fontaine Saint-Marc (maj 30/03/2011)

 Après avoir monté entièrement la rue du Réal, vous arrivez au quartier de Saint Nicolas. Sur votre gauche vous prenez le chemin de Saint Nicolas, puis de nouveau à gauche la rue du Château d'eau. Vous arrivez ainsi au quartier de Saint Marc. A l'intersection avec le chemin de Saint Marc, sur la gauche, après l'Oratoire de....vous apercevez la "Fontaine Saint Marc" et son lavoir. Sa construction a été décidée à la suite d'une pétition étudiée au cours d'une cession du Conseil Municipal du 4 août 1856.

(maj 30/03/2011)

haut de page

Fontaine Saint-Marc -25

 26 - Fontaine Pré de Foire

    En revenant sur vos pas, pour rejoindre la route de Draguignan vous redescendez vers Barjols-centre jusqu'à l'intersection avec la route de Manosque. A cet endroit vous apercevez la "Fontaine Pré de Foire". C'est le 12 août 1849 que le Conseil Municipal décida sa construction : il y avait autrefois une petite fontaine avec margelle en pierres que le gel avait fait éclater. Elle fut remplacée en 1966 par une belle et vaste fontaine en pierre de Rognes.

haut de page

Fontaine Pré de Foire -26

 27 - Fontaine de l'Abattoir

 En continuant de descendre la route de Draguignan vers Barjols-centre, immédiatement après le virage, sur votre droite, vous prenez le chemin qui mène vers l'abattoir. A 50 m, sur votre gauche vous voyez la "Fontaine de l'Abattoir". Cette fontaine, construite sous la municipalité Richaud, était alimentée autrefois, par un canal qui coulait par intermittence. Cachée sous des décombres, elle fut redécouverte en 1977 et restaurée en 1978. On l'alimenta par l'eau courante de ville qui avait été installée à l'abattoir l'année précédente en vue de la mise à mort du boeuf de la Grande Saint Marcel.

 

haut de page

 

Fontaine de l'Abattoir -27
 Ainsi s'achève le parcours des 28 fontaines de Barjols.
 Vous pouvez rejoindre la place de la Rouguière, en passant par l'ancienne route de Draguignan qui se trouve sur votre gauche en revenant sur vos pas
.
   Si vous avez noté des erreurs et/ou des oublis, je vous serais très reconnaissant de me les signaler afin que je puisse les corriger. D'avance je vous en remercie.
     eugene.tanniou@free.fr